Festival du Vent

Le vent, patrimoine, richesse du Maroc et de sa région, a désormais son propre festival !

Depuis des années, le Maroc a investi dans des installations éoliennes capables de produire 151 MW, plaçant ainsi le pays dans le TOP 3 des plus grands producteurs africains et moyen-orientaux d’énergie éolienne, après l’Afrique du Sud et l’Egypte.

Les amoureux de la nature, des dunes et falaises sculptées par le vent, mais aussi du sport, connaissent la destination Maroc, pour la multitude d’activités et de paysages qu’elle propose. Dans le nord, comme dans le sud, le vent marocain a ses adeptes, des sportifs qui viennent du monde entier, pour des expériences uniques en leur genre.

Cette richesse naturelle, qui fait désormais la réputation et la vitrine du Maroc en termes d’énergie propre, de tourisme et de sport, se doit d’être célébrée et mise en avant.

Le Festival du Vent, dans sa première édition, n’est autre qu’une célébration d’un patrimoine naturel important pour le Maroc et la région.

C’est sur les rives de Bouznika, dans un écrin naturel où les sables dorés caressent les vagues de l’océan Atlantique, que le Festival Du Vent prend place, pour une époustouflante première édition. Des coquelicots géants, entre autres, dans un décor surréaliste où nous devenons si petits face à la magnificence et la majesté de la nature.

Alain Micquiaux, poète du vent et du ciel

Pour sa première édition, le Festival du Vent a fait appel à Alain Micquiaux, qui propose depuis des années des installations époustouflantes. Aériennes, comme un souffle de liberté qui traverse les cieux et s’installe, le temps d’un week-end printanier, sur la plage de Bouznika.

Les coquelicots géants et d’autres installations s’invitent, s’imposent et captivent par leur taille, mais aussi par la beauté et la poésie qu’ils instaurent.

Alain Micquiaux

Les créations aériennes de l’artiste plasticien Alain Micquiaux ont cette audace de valser entre la terre et le ciel, nous transportant avec eux dans un univers de rêverie et de contemplation.

En plus des installations géantes d’Alain Micquiaux, le Festival du Vent invite son public à des expériences inédites, avec des Bali Flag Beach, des bullistes professionnels et une ambiance conviviale, plongée dans la musique de DJ Flow et un saxophoniste hors pair !

Eden Island, écrin naturel

Le choix de l’emplacement du premier Festival du Vent s’est imposé comme une évidence : le beau projet immobilier Eden Island, paradis dont le nom et l’esprit riment avec la prose des fleurs géantes.

Eden Island Bouznika qui ouvre exceptionnellement ses portes pour accueillir la première édition de ce festival inédit au Maroc et dans la région. Durant le Week-end du 6 avril, l’entrée est totalement gratuite pour tous ceux qui souhaiteraient découvrir la poésie des coquelicots géants, mais aussi d’autres surprises concoctées par les organisateurs, toutes inspirées par le vent.

Une photo pour immortaliser le décor

Le paysage intemporel du Festival du Vent s’offre pour les amateurs et les professionnels de la photographie ! Un concours inédit pour tous ceux dont la photo est la passion première. Jusqu’au 20 avril 2019, les photos prises pendant le Festival du Vent (le week-end du 6 au 7 avril) pourront concourir pour remporter « le prix de la meilleure photo » du festival.

Une récompense de 10.000,00 DH sera décernée à la meilleure prise, lors d’une cérémonie au siège de JasPromo, le 30 avril.

Comment participer ?

La participation au concours de la meilleure photo est très simple :

  • Les photos prises durant le Festival du Vent devront être publiées sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) sous le hashtag «#edenislandbouznika ».
  • Un jury composé de professionnels de l’art (galleristes, photographes…) de l’immobilier et de la communication, se chargera de définir la meilleure photo.

No Comments

Post a Comment